UE/Seychelles : un nouveau Protocole de partenariat sur la pêche

Il s’agit d’un partenariat stratégique entre l’Union européenne et les Seychelles pour la durabilité des pêches au bénéfice de l’industrie du sud-ouest de l’océan Indien.

JPEG

La Commission européenne, dont la délégation était présidée par le chef de l’unité en charge des accords bilatéraux et du contrôle dans les eaux internationales, et les Seychelles, représentées par la direction générale des Affaires maritimes et de la Pêche, notamment par le président de la Seychelles Fishing Authority (SFA), ont paraphé un nouveau Protocole de partenariat Pêche, encadrant les activités de pêche de la flotte européenne dans les eaux seychelloises (Mahé, le 10 mai 2013).

« Ce partenariat constitue une base solide pour le développement de nos relations politiques, en traitant des enjeux de l’industrie du thon dans la région » a déclaré M. Michaud (Seychelles) ; et M. Cesari (UE) de compléter : « Ce protocole pourra non seulement garantir un développement économique, mais également renforcer le rôle stratégique des Seychelles dans son partenariat avec l’UE ».

Le Protocole et son annexe prévoient des possibilités de pêche pour 40 senneurs et 6 palangriers dans des conditions qui s’appliqueront pour une période de 6 ans à compter du 18 janvier 2014 et suivant lesquelles la contrepartie financière totale de l’UE s’élève à 30,7 MEUROS pour la période considérée.

JPEG

A cette contribution financière européenne, s’ajoutera celle des armateurs qui sera augmentée de manière significative et progressive, par le biais de paiement de licences sur la période. Les dispositions relatives au suivi de leurs activités de pêche dans les eaux seychelloises comprennent la mise en place du Système de Déclaration Electronique des captures, permettant un suivi journalier de ces dernières.

La conserverie seychelloise IOT (Indian Ocean Tuna) dépend étroitement pour ses approvisionnements des activités de pêche de la flotte européenne. Elle génère 2 400 emplois et la valeur de ses exportations représente 3 milliards de roupies seychelloises par an (environ 200 MEUROS).

En application de ce Protocole, les Seychelles continueront à recevoir un appui de l’UE pour mettre en œuvre leur politique de développement de la pêche. Le développement des infrastructures sera poursuivi pour permettre à Port Victoria de demeurer un port d’attache attractif pour les thoniers senneurs de la région. De même, la pêche artisanale bénéficiera-t-elle d’infrastructures de débarquement et de commercialisation, propices à la création de valeur ajoutée et d’emplois.

Au-delà des aspects économiques, ce Partenariat offre le cadre politique et l’instrument approprié pour que les deux parties supervisent et mettent en application des pratiques de pêche responsables, luttent efficacement contre la pêche illicite non-déclarée et non-réglementée (INN) et assurent ainsi la durabilité de la pêcherie thonière dans le sud-ouest de l’océan Indien.

Dernière modification : 14/05/2015

Haut de page