Lutte contre la piraterie et le terrorisme dans l’Océan Indien : la mission "Jeanne d’Arc" en escale aux Seychelles

Cette étape seychelloise s’inscrit dans le cadre d’une opération de longue durée d’un groupe amphibie, de mars à juillet 2016, elle est constituée du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et de la frégate de type La Fayette (FLF) Guépratte.
Une grande réception offerte par le Commandant à bord du « Tonnerre » a réuni plus d’une centaine d’invités, dont le Ministre des Affaires étrangères et des Transports, M. Joël MORGAN, plusieurs hautes personnalités et le Corps diplomatique au complet.
A cette occasion , l’ambassadeur de France aux Seychelles a prononcé une allocution de bienvenue.

JPEG - 106.3 ko
Les commandants Claire Pothier (FLF Guépratte) et Laurent Sudrat (BPC Tonnerre) (JPEG - 106.3 ko)

Allocution de M. l’Ambassadeur de France
A l’occasion de l’escale à Port-Victoria du
« Groupe Jeanne d’Arc »
(Victoria, le 18 juin 2016)

MM. les ministres, Mmes et MM. les dignitaires et Hauts fonctionnaires de la République des Seychelles, Commandants du Tonnerre et du Guépratte, Excellences Mmes et MM. les Ambassadeurs, Chers amis et compatriotes, bonsoir !

Nous souhaitons la bienvenue aux Seychelles au groupe « Jeanne d’Arc », constitué des deux bâtiments militaires que sont le bâtiment de Commandement« Tonnerre » et la frégate furtive nouvelle génération le « Guépratte ».

Les Seychelles sont habituées à recevoir les navires français de « La Royale », comme l’on dit encore aujourd’hui dans notre République. Beaucoup d’ailleurs, dès le 18ème siècle, sous le pavillon blanc des Fleurs de Lys, ont même donné leur nom à la plupart des îles de pays. Leurs équipages ont en partie constitué aussi le premier terreau humain du peuple seychellois d’aujourd’hui.

Mais le saviez-vous ? Pour ne s’en tenir qu’aux 5 dernières années de notre siècle, Port Victoria aura accueilli pas moins de ==42 escales== de bâtiments de la Marine Nationale ?
Comme pour le nombre de touristes français qui visitent les Seychelles, la marine française est de très loin la première au monde à venir mouiller dans ses eaux.

Qu’il s’agisse de bâtiments placés sous le commandement des forces armées de la Zone Sud de l’océan Indien, dont le siège est à La Réunion, ou bien en provenance du nord de l’océan Indien, où ces navires participent à de nombreuses opérations contre la piraterie, le trafic de drogue ou le terrorisme.

Outre la quantité, la France a à cœur d’offrir à nos amis seychellois la qualité.
Plusieurs de ces bâtiments ont été des navires-amiraux. Je citerai notamment le « Var » et la « Somme » dont les états-majors commandaient la Task Force 150.
Ou bien encore le « Sirocco », à la tête des forces de l’opération Atalanta, pour laquelle, il est me semble-t-il juste de le rappeler ici, la France est et reste le premier pourvoyeur de moyens.
=+=
L’escale du groupe « Jeanne d’Arc » revêt un caractère particulier. Ce groupe, qui porte le nom emblématique d’un bâtiment porte-hélicoptère aujourd’hui désarmé, outre d’être une école dont le niveau d’excellence est reconnu à travers le monde, est également une « ambassade flottante », comme l’on dit parfois, qui participe au rayonnement de la France sur les mers et les océans.

Cette escale porte aussi le témoignage de fidélité et d’amitié auprès de la nation seychelloise, qui fête dans quelques jours le 40ème anniversaire de son indépendance et de son émancipation coloniale.

Comme vous le savez, la France est un acteur régional important. Tout d’abord, elle est un Etat géographiquement riverain avec ses deux départements de la Réunion et de Mayotte, mais on l’oublie quelquefois, également ses terres australes et antarctiques du sud de l’Océan indien.

Ce qui est moins connu encore, c’est que les Seychelles et la France ont une frontière maritime commune au sud-Ouest des Iles extérieures. Plus d’un million de citoyens français habitent aussi aujourd’hui l’Océan indien.

C’est peu dire que nos intérêts sont communs. La France, comme les Seychelles, est soucieuse de préserver ses espaces maritimes et de développer l’économie océane.

C’est pourquoi nous avons instauré ensemble une coopération très dense et particulièrement fructueuse dans le domaine de la sécurité maritime.
Nos forces armées respectives effectuent de nombreux entraînements conjoints ou échangent leurs savoir-faire, en mer, ou à terre, aux Seychelles, à La Réunion mais également en France métropolitaine.

Les escales sont souvent l’occasion d’exercices, mais les militaires de nos armées de terre, comme les TAZAR et le 2ème RIPMa par exemple, se connaissent également très bien.

Tous les deux ans, un exercice bilatéral franco-seychellois appelé « Cateau Noir » est organisé, impliquant des navires et des forces terrestres. Le prochain aura lieu dans quelques mois.

Une coopération technique entre nos bases navales a également été initiée et, au moment même où je vous parle, un sous-officier de la police maritime seychelloise est embarqué sur une vedette de la gendarmerie maritime à La Réunion.

Mais je ne citerai pas toutes les actions qui font la densité et la qualité de notre relation bilatérale sur les plans militaire et sécuritaire.

La France a toujours été engagée fermement aux côtés des Seychelles, comme lors de la crise de la piraterie en 2009, lorsqu’il a fallu protéger les navires de pêche thonière face à la menace.
Elle participe aujourd’hui à la lutte contre d’autres menaces, comme le trafic de drogue, la pêche illégale ou le terrorisme.

Ce n’est qu’ensemble que nous réussirons à sécuriser nos espaces maritimes et les Seychelles sont, pour la France, un partenaire privilégié, comme le havre de Port Victoria symbolise pour tous nos marins, le lieu le plus prisé au monde pour une escale réussie. Ils vous le confirmeront bien volontiers, vous verrez, au cours du cocktail qu’ils vous offrent ce soir et pour lequel je remercie particulièrement le Commandant du Tonnerre, le Capitaine de Vaisseau SUDRAT et le Commandant du « Guépratte », le Capitaine de Frégate Mme Claire POTHIER.
Bonne soirée sous le pavillon de la France !

Pour aller plus loin

Dernière modification : 04/08/2016

Haut de page