Avril 2015 : un mois dédié à la coopération entre les Seychelles et La Réunion

Le mois d’avril 2015 était placé sous le signe de la coopération Seychelles-Réunion, avec la venue de pas moins de 4 délégations du département français de l’océan Indien, en plus de la participation de celui-ci au Carnaval international de Victoria en tant que co-organisateur.

1. Mission de l’Université de La Réunion sur la Santé végétale

L’agriculture reste majoritairement la base économique et une source importante d’emplois des populations des pays du Sud-Ouest de l’Océan Indien. La lutte contre les pertes agricoles et les risques engendrés par les bio-agresseurs constituent un axe important de la politique régionale de la COI.

Dans ce contexte, une délégation de l’Université de La Réunion, composée de quatre chercheurs et dirigée par le Pr Stéphane Poussier, s’est rendue aux Seychelles du 16 au 24 avril 2015, dans le cadre d’un projet de lutte contre la Ralstonia. Cette bactérie du sol, particulièrement présente dans les régions tropicales et sub-tropicales, s’attaque aux cultures telles que la pomme de terre ou la tomate.

• Le premier volet de cette mission concernait la prospection de souches de la bactérie à Mahé, Praslin et La Digue, en partenariat avec la Seychelles Agricultural Agency (SAA). La finalité du projet consiste à identifier les variétés de cultures que doivent privilégier les agriculteurs seychellois. Une stratégie qui vise à éviter au maximum l’utilisation de produits chimiques dans la lutte contre les maladies végétales, pour éviter le développement de résistances aux antibiotiques.

• Un 2ème volet rejoint un autre projet en cours intitulé "Réseau international de formation pour la gestion de la santé des plantes tropicales", et financé par la fondation Agropolis. Des possibilités de mise en place de formations, initiale et continue, sont en discussion avec l’Université des Seychelles et les organismes de protection des plantes comme le Bureau de protection des végétaux (PPO).

2. Mission institutionnelle du CHU de La Réunion,

Au cours de cette mission de trois jours, du 21 au 23 avril 2015, à laquelle a pris part une délégation de la direction du CHU de La Réunion et une équipe médicale du service de réanimation-pédiatrie (sept personnes en tout), des engagements ont été pris pour le renforcement de la coopération dans les domaines définis par la convention cadre 2013-2016 (urgences et gestion des catastrophes, chirurgie infantile, formation du personnel paramédical).

A la suite de demandes de formations dans de nouveaux domaines exprimées par les autorités sanitaires et le personnel médical seychellois, les décisions suivantes ont été prises :

• Hyperbarie : l’enjeu est important car les Seychelles accueillent un grand nombre de plongeurs. Le personnel médical sera formé à l’utilisation du matériel neuf reçu récemment par l’Hôpital des Seychelles.

• Hygiène hospitalière : le CHU envisage la mise en place d’une expérience pilote aux Seychelles pour favoriser une prescription raisonnée des antibiotiques, afin d’éviter l’apparition de germes multi-résistants.

• Addictologie : les Seychelles pourront bénéficier de l’expérience du CHU et de l’ARS en termes de prévention et de traitement.

• La coopération hospitalière pourrait être étendue à la prise en charge du Cancer.

Cette mission a aussi permis d’explorer les possibilités de mise en place d’une coopération dans le domaine de la formation et de la Recherche :

• De jeunes médecins seychellois pourraient venir suivre une formation de spécialisation au CHU de La Réunion. Ce dernier envisage la création d’un diplôme délivré par l’Université de La Réunion, valable uniquement aux Seychelles. Il existe des difficultés légales portant surtout sur la liberté, de pratiquer des actes médicaux et de prescrire, des jeunes médecins étrangers en formation. Cette difficulté pourrait être levée si le terrain de stage se trouve aux Seychelles.

• Conformément aux nouvelles exigences de l’enseignement médical en France, un centre de simulation a été mis en place à La Réunion. Le ministère de la Santé seychellois sélectionnera le personnel qui sera formé (2 ou 3 personnes pour chaque spécialité, des critères de sélection ont été définis), ainsi qu’un point focal (qui sera l’interlocuteur privilégié du CHU).

• Un Institut de formation pour les professionnels en gestion de la Santé ouvrira ses portes dans 6 mois à La Réunion. Le cursus prévoit des modules en accompagnement du changement, en assurance qualité et en économie de la Santé. Cet institut accueillira 2 professionnels seychellois (formation sur 3 ans, dont 6 semaines en présentiel par an).

3. Mission du CIRAD - « Opération 10 000 arbres »

Le projet de « Compensation carbone et de préservation de la biodiversité des Seychelles » ou « opération 10 000 arbres », lancé le 13 juin 2013 avec la plantation de 1 400 arbres dans le quartier de Persévérance sur l’île de Mahé, touche à sa fin. Un expert du CIRAD, M. Eric Rivière, est venu du 20 au 24 avril 2015 pour vérifier la bonne santé des derniers plants. Ce seront au final 18 000 arbres qui auront été plantés à Mahé, Praslin, La Digue et Curieuse.

Cette action est portée par le CIRAD et le ministère de l’Environnement des Seychelles, le parc National de l’île Curieuse, l’Agence « Landscape and Waste Management », l’Agence agricole des Seychelles, le Centre national de Biodiversité et l’ONG TRASS (Société d’Action de Restauration Terrestre des Seychelles). Elle était financée par la Région Réunion, l’UE (FEDER-Coopération territoriale), le CIRAD et le ministère seychellois de l’Environnement et de l’Energie, et avait pour but de participer au développement durable des Seychelles, en permettant de préserver la biodiversité locale et de contribuer à la compensation carbone.

4. Mission du CIEP pour la formation au DELF des professeurs de la Seychelles Tourism Academy (STA)

Un accord de partenariat portant sur la formation au DELF professionnel d’une vingtaine d’enseignants de la STA, a été signé le 12 décembre 2014 entre le centre local du CIEP de La Réunion et l’Académie du Tourisme des Seychelles. Cette action s’inscrit dans une volonté commune des acteurs de permettre à la STA de dispenser 50% de ses cours disciplinaires en français à partir de janvier 2016.

Après une première mission en octobre 2014, une formatrice du CIEP s’est une nouvelle fois rendue à la STA, du 23 au 30 avril 2015, pour dispenser des cours aux professeurs de plusieurs disciplines, conformément à un programme qui s’étend sur toute l’année 2015.

Dernière modification : 14/05/2015

Haut de page